Marie-Odile HOUVER

«Le but de la vie est de vivre la joie»  - Héraclite
 
Pour moi la psychothérapie n'est pas là pour nous apprendre à nous rejeter nous même mais plutôt à tisser des liens d'amitié avec notre corps, avec nos pensées, avec nos émotions... Accueillir le nouveau dans le mouvement de la Vie, ne pas résister et bouger avec.
En fin de compte, on pourrait dire que le meilleur de nous n’est pas ce qu’on devient à force de vouloir se changer… C’est ce qu’on devient à force de s’aimer.  Et alors pourra jaillir l'Amour pour les autres...
*Je suis danseuse, musicienne et artiste depuis mon plus jeune age. Cela m'a permis de développer une relation sensible à mon corps et à mes capacités créatrices.
*J'ai été initiée très jeune à la méditation transmise par Graff Durkheim et la spiritualité fait partie de mes fondements. Le chamanisme m'accompagne au quotidien dans un Monde plus grand et j'y puise beaucoup de ressources.
*J'aime le contact avec la nature et le monde animal et je m'y ressource énormément.
*Je suis née en 1967 et ma vie a été riche en expériences heureuses et douloureuses.
*Je vis en couple et je suis mère de deux enfants et grand-mère d'un petit garçon.
*Je me ressource avec la peinture et la créativité m'aide à me relier au vivant, en moi, et à mes forces de Vie et de joie.
*J'ai enseigné  la danse d’Israël pendant 37 années.
*Je pratique le chant spontané, le yoga et différents types de danses ( 5 rythmes, danse contact, danse libre) qui participent à développer ma voix et ma voie...

Je suis thérapeute psycho corporelle depuis 2008 ( formation IFCC Strasbourg) et titulaire du CEP ( Certificat Européen de Psychothérapie )

Je suis formatrice depuis 2013 et également superviseur.
Je me suis formée en danse thérapie, chant thérapeutique et chamanisme et j'offre dans mon travail une synthèse originale et créative .
«Ni la contrainte, ni la sévérité ne vous ouvriront l'accès à la vraie sagesse, mais bien l'abandon et une joie enfantine. Quoi que ce soit que vous vouliez apprendre, abordez-le avec gaieté.» – Henry David Thoreau